• « Mon paradis perdu Une enfance algérienne Oran 1954 – 1962 » de Monique Clavaud

    J’aurais pu être heureuse…

    « Je dormais à côté des fées. Elles fleurissaient sur le rebord de la fenêtre de ma chambre au rez-de-chaussée de notre maison. Les « grands » disaient que c’étaient seulement des fleurs, des fuchsias, mais avec ce nom, je savais qu’elles étaient extraordinaires. D’ailleurs, elles me l’avaient dit… pendant mon sommeil. »

    lire02J’aurais pu être heureuse…

    Mais je suis née le 9 mai 1954 à Oran, en Algérie française. Et je ne pouvais pas savoir qu’à peine six mois plus tard allait débuter la guerre pour l’indépendance.  Et puis ma grand-mère régnait sur notre famille en imposant sa tyrannie. C’est pour m’échapper de la peur qu’elle m’inspirait que je trouvais une raison de vivre dans l’art, le piano, la danse et surtout l’écriture.  J’ai vu le ciel pur de mon enfance se charger d’ombres, d’inquiétudes, des nuages noirs des incendies, des rafales de mitraillettes. Et la Méditerranée représentait la menace d’un exil qui nous guettait comme le Destin. Le Destin s’est accompli et le paradis de mon enfance fut définitivement perdu.

    J’ai dû attendre une cinquantaine d’années pour avoir la force d’affronter ces souvenirs. Je suis toujours l’enfant devant une mer immense, appuyée sur un arbre mort en face de l’Histoire.

    Collection France-Algérie 35
    100 pages – avec 8 photos
    ISBN 978-3-932711-35-0

    17 €

    Histoire d’une enfance brisée.

    Monique Clavaud est née à Oran en 1954, six mois avant le début d’une insurrection qui allait changer le destin d’un peuple. Dans son regard d’enfant se mêlent alors la famille, les proches, les jeux et petits malheurs quotidiens, les images et les odeurs du pays mais aussi, en toile de fond, les événements qui secouent l’Algérie. Ils font de temps à autre une incursion furtive et brutale dans la vie de cette petite fille qui n’en comprend pas pour autant le sens, jusqu’au jour de l’arrachement, en 1962. Cette rupture laissera une part de cette enfance de l’autre côté de la Méditerranée mais l’autre part s’est figée au cœur de l’adulte, avec une sensibilité intacte. C’est cette sensibilité qu’exprime Monique Clavaud dans ce récit d’une enfance brisée, rattrapée par la folie des grands, dans l’histoire d’une famille prise dans la tempête de l’exode et d’une grande page d’histoire déchirée.

    Maurice Calmein.

    Vous pouvez Laisser un commentaire

    Vous serez le premier à vous exprimer...

    Notify of
    avatar
    wpDiscuz