• Chanson pour une de Belcourt

    regards02

    J’ai pour amie une Espagnole,
    Une Andalouse de Belcourt,
    – Cheveux de jais et jupons courts –
    Elle à l’œil vif et l’âme folle…

    Je l’ai connue un soir au Minor-Cinéma.
    Manuéla, ma cigarière, était si brune !…
    On jouait un duo d’amour au clair de lune,
    C’était, je m’en souviens, un soir dans la pampa.

    Manuéla, Manuéla, dans tes prunelles,
    Ma quiétude, à jamais, a sombré corps et cœur,
    Et dans ta chevelure au parfum de cannelle
    Tu m’as entortillé, mon farouche oiseleur !

    J’ai pour amie une Espagnole,
    Une Andalouse de Belcourt,
    Elle est froide comme une idole,
    Plus fière que la Pompadour…

    Pour que sa bouche, alors eut daigné me sourire,
    J’avais suivi son ombre à travers les guinguettes,
    J’aurais abandonné mes droits sur un empire,
    J’aurais été jusqu’à porter des rouflaquettes…

    Il m’a suffit d’un peu d’argot,
    D’un cornet de cacahuètes,
    D’un demi-quart de berlingots
    Et de quinze sous de brochettes…

    Desportes.

    Extrait de l’organe officiel de l’association générale des étudiants d’Algérie : «ALGER ÉTUDIANT» du samedi 6 mai 1933.

    Vers ce document sur GALLICA


    Vers la Bibliothèque Nationale de France

    Vous pouvez me retrouver sur Facebook

    Vous pouvez Laisser un commentaire

    Vous serez le premier à vous exprimer...

    Notify of
    avatar
    wpDiscuz